Pourquoi faut-il améliorer le Budget participatif de notre ville ?

La troisième édition du budget participatif de Sceaux devrait être lancée. Observons pourquoi, à partir d’une bonne idée, le dispositif vivote si difficilement dans notre ville. Constats et propositions pour lui redonner du souffle.

Comme un grand nombre de villes, Sceaux à mis en place, en 2019, un budget participatif. Mais alors que se lance la troisième édition, le constat est sévère. Déjà le dispositif s’essouffle. Car pour fonctionner, il faut que le budget participatif dispose d’une ambition suffisante et de certaines caractéristiques que le dispositif restreint de notre ville n’a pas pris en compte.


Un budget participatif, c’est quoi ?


Le budget participatif permet aux habitants de proposer des projets et de choisir leur réalisation dans le cadre d’un budget prévu par la ville.  
Son intérêt est de développer la participation des citoyens, de répondre aux attentes des habitants qui proposent des projets concrets, de recréer du lien social au travers de l’élaboration de projets d’intérêt collectif, et de retisser un lien de confiance dans les politiques publiques.

Visuel de la communication de la ville de Sceaux sur le budget participatif


CONSTATS

Le montant du budget participatif de Sceaux est trop modeste

Le Budget participatif est actuellement limité à 50 000 € soit 2,5 € par habitant. Il ne représente que 0,5 % du budget d’investissement de la ville. Bien moins élevé que le budget participatif des villes similaires, en moyenne 6,5 euros/ habitant et autour de 5% du budget d’investissement. Celui d’Antony s’élève à 600 00 €, (plus de 10 fois celui de Sceaux ! ) et représente 9,7 €/ habitant, en augmentation de 20% cette année.

Sa thématique environnementale restreint le nombre de projets

Le Budget participatif de Sceaux est dédié à l’environnement. Les projets doivent donc respecter les compétences communales en matière d’environnement. Ils doivent conduire à des investissements réalisables en 18 mois et ne pas générer de frais de fonctionnement. Difficile de concevoir des projets dans une cadre si limité. Conclusion, cette année 22 dossiers ont été déposés et seulement 10 ont été jugés conformes. De quoi décourager les habitants qui ont travaillé à l’élaboration d’un projet.

La procédure est trop opaque

Les dossiers sont soumis à un comité de recevabilité composé majoritairement d’élus et d’agents de la collectivité. Celui-ci refuse plus de la moitié des dossiers déposés par les habitants sous couvert que les projets sont déjà en cours ou techniquement, juridiquement ou financièrement non réalisables. Aucun procédure d’appel contre la décision n’est possible. La motivation de la décision est plus que succincte. La composition de ce comité n’est pas rendue public.

La participation au vote est particulièrement faible

Moins de 300 Scéens votent pour choisir des projets dans le cadre du budget participatif. Un dossier peut être adopté avec moins de 100 voix POUR. Le vote du budget mobilise à peine 1,5% des Scéens, c’est très en deçà des autres villes où la participation avoisine 5% des habitants. Une information minimale est faite sur le lancement et les projets du Budget participatif – qui semble secondaire pour la municipalité.

PROPOSITIONS

La thématique doit intégrer la solidarité

Le Budget participatif est aujourd’hui centré sur l’environnement. Il doit être élargi à la Transition écologique dans l’intégralité de ses dimensions, y compris dans sa composante sociale. D’autres initiatives et en particulier celles tournées vers la solidarité pourront ainsi ‘exprimer.

Le Budget doit être augmenté de manière significative

Le Budget participatif doit être largement augmenté. Il faudrait y consacrer au moins 150 000€, ce qui en ferait un budget comparable aux villes similaires. Ce n’est pas une dépense supplémentaire, c’est simplement une part plus importante du budget d’investissement utilisé dans ce cadre du Budget participatif.

Les dossiers non sélectionnés doivent être rendus public

Le fonctionnement du Budget doit être moins opaque. La composition du Comité de sélection doit être plus transparente. Et surtout, les dossiers non retenus doivent être rendus public tout comme la motivation du Comité . C’est un minimum pour ne pas décourager ceux qui déposent des projets.

Il faut se donner les moyens d’une participation plus importante

Il faut se donner l’ambition de réussir le budget participatif qui n’est pas un gadget pour simplement afficher une démarche de démocratie participative. En dessous de 1 000 votants, c’est un échec. « Plus de transparence et de pédagogie, un élargissement des thématiques à celles de la transition écologique, une augmentation du budget, voilà en synthèse nos propositions, si l’on veut vraiment que les Scéens y participent  » a déclaré Liliane Wietzerbin, à la sortie du Conseil municipal du 6 octobre 2021.