Pistes cyclables, RER Vélo, la ville sera-t-elle au rendez-vous des nouvelles mobilités ?

Mettre en place des pistes cyclables sécurisées à Sceaux. Le sujet revient souvent lors de Conseils municipaux. La Journées du vélo, le 30 mai dernier, a été l’occasion d’un débat sur les pistes cyclables à Sceaux. Observons les différents points de vue.

« Depuis 40 ans, Sceaux mène une politique ambitieuse en matière de développement des circulations douces et de partage de l’espace public« , se félicite Philippe Laurent, maire de Sceaux. Le développement des déplacements cyclables a en effet été encouragé dès 1995. La Ville a alors classé l’ensemble de la voirie communale en zone 30, généralisé les doubles sens cyclables et mis en place des aides pour contribuer à la pratique du vélo.

Mais aujourd’hui la ville est confrontée à une nouvelle politique de développement du vélo. Cette politique repose sur la création de pistes cyclables sécurisées permettant une circulation séparée de la chaussée. La Région IDF prévoit 680 km de grandes lignes cyclables reliant entre eux les grands pôles de la région. Ce sont les 9 lignes de RER V, « V » comme vélo.

Le RER V passera-t-il par Sceaux ?

Il est envisagé que deux lignes du RER V passent par Sceaux. L’une étant sur la D63 ou sur la coulée verte vers Paris, l’autre transversale devant relier dès 2025 les communes de la petite couronne. Pour cette liaison transversale, deux tracés sont prévus à ce jour :

  • Soit par le bas de Sceaux (D74/D75), avenue de Bourg-la-Reine, puis avenue Jean Perrin, traversant le quartier des Blagis, coupant la coulée verte, passant à proximité de l’université Jean Monnet.
  • Soit par le haut de Sceaux (D60), via l’avenue Camberwell et la rue Houdan. Un tracé en centre ville jusqu’à la gare de Robinson.

Rues partagées ou pistes cyclables

Ce débat important pour l’avenir de notre ville est porté par l’association Sceaux à vélo. Apportant l’expertise et l’expérience de ses membres, l’association prône le développement des pistes cyclables, itinéraires sécurisés, conçus pour les vélos, indépendants de la circulation automobile. Affiliée à MDB Ile-de-France (association Mieux se Déplacer à Bicyclette), Sceaux à vélo agit aussi pour une réelle concertation entre les villes, avec le territoire Vallée sud Grand-Paris, avec le Département et la Région, afin d’éviter que chaque collectivité avance de son côté ou bloque des tracés parfois déjà en cours d’aménagement ailleurs.

La municipalité de Sceaux privilégie les rues partagées, c’est à dire des rues où vélos et voitures sont censées rouler ensemble. Un choix judicieux pour les petites rues où circulent peu de voitures et où les limites de vitesse, 30 ou 20 km/h, sont à peu près respectées. Elle n’est pas favorable aux pistes cyclables séparées de la chaussée qui demandent des aménagements et, bien souvent, la suppression de quelques places de parking. Le tracé du RER V par le haut de Sceaux rencontre donc une ferme opposition de la majorité municipalité qui ne veut pas d’une « autoroute à vélos » en centre ville. Au point que son projet de réaménagement de la place Charles de Gaulle semble rendre impossible le passage d’une piste cyclable sécurisée. Une manière de bloquer le RER V ?

Le passage du RER V par le centre ville est soutenu par les élus d’opposition de « Sceaux ensemble » qui voient dans ce tracé une attractivité commerçante et touristique supplémentaire pour le centre de Sceaux. « Passant par la gare de Robinson et la nouvelle gare routière » , expliquent-ils, le RER V « favorise l’intermodalité entre RER et bus, desservant les 2 grands lycées de la ville, l’IUT et la faculté, (…) facilitant les déplacements vers le centre commerçant et le parc de Sceaux« .

Des liaisons sécurisées qui pourraient irriguer la ville

De leur coté, les élus de « Sceaux en commun », souhaiteraient que la réflexion ne se limite pas au tracé de cette ligne de RER V mais prenne en compte toutes les liaisons sécurisées qui pourraient irriguer la ville. Par exemple, le passage du RER V par le bas de Sceaux pourrait être favorable au quartier des Blagis et à ses commerces. Dès lors, une piste cyclable sécurisée devrait pouvoir relier le RER V au niveau des Blagis et le centre ville. Une liaison réclamée par les habitants du quartier. Par ailleurs, ils indiquent que le sujet du RER V dépasse largement les limites de la ville de Sceaux et qu’il doit être étudié en concertation avec la Région, le Département, les villes voisines, de manière à intégrer l’ensemble des impacts, des bénéfices et des contraintes.

Si la ville de Sceaux fut en avance, il y a quelques années, dans sa politique favorable au vélo, ne doit-elle pas aujourd’hui prendre en compte les nouvelles mobilités en deux roues et adapter ses aménagements à la nécessaire restriction de la circulation automobile ?

A LIRE AUSSI : Sceaux à vélo, une mobilité à partager